ACTUEL INFO BIOGRAPHIE
EXPOSITIONS PUBLICATIONS
archives otto muehl page d´accueil
COMMUNE FILM
ACTIONNISME

ACTIONNISME ET ART

otto muehl



lorsque la peinture explosa dans le big bang impressionniste comme une parabole abrupte, il se trouva soudain des personnalités qui activèrent le feu olympien et le portèrent plus loin.

l’avant–garde de la peinture s’élança en plusieurs vagues.

il en résulta un art qui dépoussiéra  les habits raides et religieux, vieux de centaines d’années, un art qui, libéré des règles et des idées contraignantes, découvrit les procédés de la peinture.

cézanne est considéré comme père de l’art moderne.

par–delà l’impressionnisme, il parvient au façonnement de la surface.

le tableau est pour lui une harmonie parallèle à la nature.

il amène l’arrière–plan et l’avant–plan au même niveau par le contraste froid–chaud.

le volume est représenté comme une surface.

il vient à bout des petits traits impressionnistes et des points colorés par élémentarisation.

la perspective est supprimée, par exemple une cruche sera représentée sous plusieurs angles, d’en haut, directement, de sorte que l’ouverture semble être un cercle, et de face, avec des taches, ce qui fait que cézanne évite la perspective.

en fait il cloue l’image sur la surface.

otto muehl, 1976

Le château d’eau à Friedrichshof 1976
45x60 cm Huile sur toile

otto muehl, 1980

Décomposition de Cezanne 1980
100x75 cm Huile sur toile

otto muehl, 1983

Faucheur et paysanne 1983
130x150 cm Huile sur toile



picasso élargit cette méthode, en représentant une figure aussi bien de devant que de derrière.

un visage étant vu simultanément de devant et de profil.

la décomposition de la surface en éléments que cézanne relie par modulation (degrés de couleur) mène chez picasso à la décomposition de la figure, à son morcellement, à sa destruction. je parle ici du cubisme analytique.

otto muehl, 1995

Image et réalité 1995
81x104 cm Acrylique sur toile

si picasso avait poursuivi dans cette voie, il aurait découvert le premier tableau construit sur des formes géométriques.

piet mondrian reprit à son compte ce travail pour picasso.

cézanne peste toujours contre les lignes de contour, il est sorti de l’œuf, mais ses ailes restent encore collées par un reste d’impression.

picasso stoppa l’acte de destruction analytique avant le franchissement de la frontière dans le nomansland de l’abstraction.

la figure synthétique construite avec des surfaces assemblées, maintenue par un trait de contour, au mépris de l’interdit de cézanne, qui n’était plus en vie, est en même temps le rasage au carré de la surface du tableau.

picasso aimait le monde des corps.

mondrian, religieux, ésotérique, comprima les corps en carrés et rectangles. sur fond blanc, les couleurs, rouge, jaune , bleu, et noir s’embrasaient. il détestait le vert.

peu avant sa mort prématurée, dominent les tableaux sans couleurs, blancs et noirs, les lignes doubles, courant parallèlement.

il disait : " j’ai mené la peinture à sa fin, c’est le signe que le monde est aussi arrivé à sa fin. "

puis il mourut.

en réalité il n’existe pas de tableau abstrait.

les objets de mondrian sont des formes géométriques, des carrés et des rectangles, des lignes verticales et horizontales.

il évita l’oblique dynamique. il rompit avec son  ami doesburg lorsque celui–ci se permit d’utiliser des obliques. mondrian était un danseur de boogie fanatique.

l’entrée de son atelier était décorée d’un vase contenant une fleur artificielle. quand on lui demanda ce que cela signifiait, il répondit que la fleur blanche symbolisait le principe féminin, que cela palliait au manque de femme.




otto muehl, 1984

Maison couverte de chaume, van Gogh étrangle une femme
1984 140x180 cm Huile sur toile

retenue d’énergie émotionnelle, explose en agressions, produit le chaos.

l’artiste qui entre en rage dans le quotidien finit en clinique.

l’énergie émotionnelle explosant dans l’art produit le bonheur de l’extase.

les cyprès jaillissent en hauteur, l’olivier se tord, l’énergie concentrée lui arrache les entrailles par pure agressivité.

van gogh, le saint, qui danse dans les nuages, se forge dans les champs de blé, se tire une balle dans le ventre.

enfer et paradis.

mort et vie.

voilà ce que van gogh nous a donné.

de ses tournesols il nous a gratifié,

a eux pendu s’est retrouvé.

il aime bien le schnaps

l’agression lui déchire les synapses.

otto muehl, 1987

Paysage de Friedrichshof avec nuage blanc 1987
150x300 cm Huile sur toile

il met la main au feu,

qu’il en est  monstrueux.

il boit de la térébenthine

croyant que c’est du gin

il nous a aiguillonné

l’actionnisme viennois il a inspiré

et même si tous se déchaînent

il nous a sorti de la tombe.

enthousiastes, souvent nous avons ri.

le feu en surfaces colorées il a mis

les contrastes complémentaires jubilent fort

c’est pourquoi tu vis encore.




l’énergie émotionnelle s’accroît dans le mix actionniste multimédial.

sur la surface du tableau on expérimente dans le chaos et l’arbitraire (dans le film "otto muehl l’actionnisme multimédiale")

actionnisme multimédial :

actions : matériel–, musique–, film–, théâtre–, danse–, chant–, représentation de soi–, action–peinture, analyse actionnelle, façonnement actionniste de la société.

peinture–action :

le matériau coloré était lancé chaotiquement, éparpillé, versé, mis en morceaux.

pour van gogh la couleur était du matériau coloré.

vincent m’a inspiré pour expérimenter avec des matériaux.

s’enfouir dans le matériau coloré, dans la bourbe, dans l’inconnu, dans le rien pur, sans chercher quoi que ce soit , on trouve.

tu es ce que tu trouves.

pour la première fois, je me sentais artiste, je m’étais trouvé.

au café hawelka, monsieur hawelka est arrivé avec le livre d’hôte, et m’a prié d’y dessiner et d’y écrire quelque chose. bien sûr je n’y ai rien écrit ni dessiné, j’ai versé de la peinture dans ma main et j’ai tapé vigoureusement dans le livre d’hôtes, la couleur a giclé, ce fut ma signature.

otto muehl, 1988

Sombre Tumult 1988 130x170 cm
Lambeaux de jute et huile sur isorel

otto muehl, 1990

Le désert de Gobi 1990
90x90 cm Huile sur isorel


van gogh essaya de fonder "l’atelier du sud" à arles, une communauté d’artistes. il échoua à cause de la concurrence avec gauguin. de plus, l’époque n’était pas mûre pour cela, l’état psychique de van gogh trop peu stable, pour pouvoir rassembler des gens autour de lui.




otto muehl, 1994

Schockolader* blanc
*café spécial viennois
1994
61x41,5 cm
crayon gras et feuille d’or
sur papier

DUCHAMP, LE PIEGE

duchamp a été un iconoclaste.

il n’a pas peint de tableaux, il a réduit sa création au diagramme de ses idées, tout en les réalisant très précisément comme un architecte.

duchamp était philosophe, qui ne rédigeait pas ses pensées, mais qui dessinait et précisément ainsi découvrit de nouvelles méthodes en art.

il a découvert le "ready made", un concept qui eut un succès incroyable, qui donna lieu à des discussions qui durent encore de nos jours à travers le monde entier. 

le ready–made est l’objet fini, ou mieux, confectionné.

ce sont des objets d’usage, que duchamp a élevé au rang d’art.

il a préféré les marchandises de masse industrielles, espérant ainsi éviter le bon goût, l’intéressant, le beau.

le ready–made placé dans un espace d’art devient automatiquement de l’art.

le ready–made est l’œuf de coucou  dans le nid étranger.

duchamp a pondu ses œufs dans le musée et créé ainsi l’hybride artistique.

c’est le découvreur de l’hybridal, concept d’art d’après diagramme :

art–objet, –concept, –idées, –installations.

otto muehl, 1993

sans titre
1993
86x61 cm
Crayon gras sur papier

il rejette le concept de création, caduque.

il mélange, effronté et explosif, la réalité brute et la réalité élaborée, comme coup de poing dirigé contre la raison "saine" du "bourgeois normal".

comme cuisinier, marcel n’aime pas la saleté sur le fourneau, il mélange les mets fabriqués dans des cuisines étrangères en collages explosifs.

interrogé à ce sujet, marcel répond: "justement ce qui est cuisiné ailleurs sent le ready–made...qui reste par ailleurs mon plat préféré." ajoute–t–il en souriant.

quelqu’un qui possède une ironie aussi légère peut espérer survivre en tant qu’artiste au siècle à venir.

je suppose qu’on va s’en amuser encore deux siècles,

l’apparente superficialité de duchamp est jouée.

mister duchamp, j’ai l’impression que vous pourriez, comme tout artiste qui se laisse contraindre par la société à vivre comme un  bourgeois normal, être en réalité une figure tragique, qui espère en vain l’immortalité, car il est clair que les siècles futurs ne s’ouvriront qu’à ceux qui ont la capacité d’être créatifs, sans faire de grandes histoires, de façon directe, multilatérale, dans tous les domaines de l’art, y compris la sexualité.

chez marcel, une pomme reste une pomme, un œuf reste un œuf .

la destruction directe serait se souiller soi–même.

la banalité de ses objets est indépassable, il va se promener là où un arbre pourrait tomber sur lui.

enfant, schwarzkogler faisait des essais de vol, on l’avait surnommé icare.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

© archives otto muehl



  • extrait de "art et actionnisme" dans le catalogue de l’exposition rétrospective d’otto muehl, au MAK de Vienne en mars 2004:


    otto muehl leben/kunst/werk otto muehl leben / kunst / werk
    aktion utopie malerei 1960 – 2004
    peter noever
    verlag walther könig köln 2004